Evolution du marché automobile : la fin des 15 glorieuses

Le contexte :
On est passé du grand n’importe quoi où toutes voitures d’occasion prenaient de la valeur au rationnel ou les voitures d’occasion sont affichées à des prix inférieurs au neuf.
Il y a eu un emballement durant le covid avec la pénurie des composants et les livraisons en berne. Tout le marché de l’occasion a été impacté et les prix se sont envolés bien au-delà du raisonnable.
Les facteurs d’influence externes ne manquent pas pour secouer le marché des voitures classiques et spécialisées. Le retour de l’inflation, la hausse des taux d’intérêt, la baisse des délais pour les voitures neuves ont marqué le retour à une situation plus normale et les prix n’ont cessé de baisser.

C’est vrai pour les voitures récentes, c’est un peu moins vrai pour certaines anciennes. Il faut dire que les choses sont quand même partis loin.
Exemples d’évolution des prix pour certains modèles :
Peugeot 205 Roland Garros


Volkswagen Golf VR6

Une fois que l’on a dit cela, on doit se poser la question

LOA : une solution innovante pour votre prochain véhicule ?

La Location avec Option d’Achat (LOA) s’impose de plus en plus comme une alternative séduisante à l’achat traditionnel de véhicules. Dans cet article, nous explorerons en détail les avantages de la LOA, en mettant particulièrement en lumière les offres de Macif Location Auto. Découvrez comment cette formule peut vous offrir flexibilité et tranquillité d’esprit

1.      Comprendre la LOA : Une Nouvelle Façon d’Envisager l’Automobile
La LOA, ou Location avec Option d’Achat, révolutionne la manière dont nous abordons la possession d’un véhicule. Contrairement à un achat classique, la LOA propose une formule de location à moyen terme, généralement entre 2 et 5 ans, avec la possibilité d’acquérir le véhicule à la fin du contrat.

La LOA fonctionne en trois étapes : le choix du véhicule, la période de location et l’option d’achat. Elle offre une alternative attractive pour ceux qui souhaitent conduire un véhicule neuf tout en évitant les contraintes financières liées à l’achat traditionnel.

2.      Pourquoi Opter pour la LOA avec Macif Location Auto ?
Macif Location Auto se distingue par son engagement envers la satisfaction du client et son offre LOA compétitive. Voici pourquoi vous devriez envisager cette option :
Transparence et Confiance : Macif, en tant qu’acteur majeur de l’assurance, apporte une dimension de confiance à ses services LOA, mettant l’accent sur la transparence des coûts et des conditions.

Souplesse et Liberté : Les contrats LOA de Macif offrent une flexibilité rare, permettant aux clients de choisir parmi une gamme variée de véhicules sans exiger d’apport initial élevé.

3.      Avantages Exclusifs de Macif Location Auto :
Assurance Intégrée : Les contrats de LOA chez Macif incluent souvent une assurance complète, offrant une tranquillité d’esprit supplémentaire aux conducteurs.

Assistance 24/7 : Macif propose une assistance dédiée 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, garantissant un support constant en cas de besoin.

Kilométrage Flexible : Macif Location Auto comprend les besoins variés des conducteurs en proposant des options de kilométrage flexible, s’adaptant à votre utilisation réelle du véhicule.

4.      Limites à Considérer :
Bien que la LOA présente de nombreux avantages, il est essentiel de prendre en compte les limites potentielles, telles que le kilométrage limité et l’engagement financier à long terme. Cependant, avec les options flexibles de Macif Location Auto, ces limites sont atténuées, offrant une solution adaptée à votre style de vie.

5.      Conclusion :
En considérant la Location avec Option d’Achat pour votre prochain véhicule, vous optez pour une approche moderne et flexible de la mobilité. Avec Macif Location Auto, vous pouvez bénéficier d’une expérience LOA exceptionnelle, alliant transparence, flexibilité et avantages exclusifs.

Ne manquez pas l’opportunité de découvrir la gamme complète de véhicules proposés sur le site Macif.

En choisissant Macif Location Auto, vous faites le premier pas vers une conduite sans souci et une satisfaction totale. N’hésitez pas à explorer leurs offres dès maintenant et à envisager la LOA comme une solution innovante pour votre prochain véhicule.

Pagani Zonda : Le retour de la Haute couture automobile

Ces cinquante dernières années, on a assisté au rachat ou à la disparition de tant de marques prestigieuses que l’on ne peut que s’émerveiller devant le succès rencontré par Pagani.
Certes, de part son volume infinitésimal qui ferait passer Ferrari pour un grand constructeur, ce succès n’est pas comparable avec grand chose. Ou plutôt si, avec l’âge d’or de l’automobile, ces années 30 à 50 où l’on pouvait façonner son auto; mais reprenons au début.

Horacio Pagani, son fondateur visionnaire, a tout simplement décidé à la fin des années 90 de venir fabriquer au pays de Ferrari, Lamborghini, Maserati, sa vision de ce que devait être la plus performante des automobiles. Le slogan des pubs Renault « ça ne marchera jamais » était bien dans la tête de tous ceux que Pagani tentait de convaincre. A l’exception de deux supports de poids :
– le mythique Juan Manuel Fangio dont le décès avant la sortie du premier modèle l’a privé de se nommer Fangio F1.
– Mercedes qui accepta de fournir officiellement ces moteurs les plus puissants.

En 1999, la C12 fait son apparition au salon de Genève. Il est alors difficile de prendre pleinement conscience du potentiel de cette nouvelle venue. Certes, le look est assez bestial mais la puissance est inférieure à 400 ch. Pour autant, Pagani dégaine son arme fatale puisque la C12 ne pèse que 1.250 kilos. Dans le même temps, Ferrari semble en surpoids avec sa 575M de 1.730 kilos.

L’original : C12 (1999-2002)
zonda C12

On peut presque parler de modèle de pré-série. Produite à 5 exemplaires, avec un moteur V12 Mercedes de moins de 400 ch et un 0 à 100 en 4,2 secondes. Le concept est bien là avec son moteur V12 en position central arrière.
Cette C12 doit être considérée comme la base de toutes les déclinaisons à venir, une sorte de version beta roulante permettant de valider une multitude de solutions techniques. Dés lors, à la manière d’un Sylvester Stallone avec Rocky, Horacio Pagani n’aura de cesse de proposer de très nombreuses variations et d’améliorer son modèle.
Nous allons tenter de toutes les passer en revue :

C12S (2001-2002)
On va considérer qu’il s’agit du véritable premier modèle qui se distingue du précédent par son moteur retravaillé par AMG. Le V12 est « enfin » digne de la catégorie « Supercar » avec 550 ch et un 0 à 100km en 3,7 sec. Elle a été produite à 15 exemplaires.

C12S 7.3 (2002-2005)
Comme son nom l’indique, la cylindrée passe à 7,3 litres pour un couple de 750Nm. La production passe à 17 exemplaires, montrant l’intérêt croissant pour cette supercar.
Zonda c12S

Zonda F (2005-2007)
Dans sa quête de l’évolution de l’espèce, cette version permet de dépasser les 600 ch et d’apporter un certain nombre de modifications sur la carrosserie afin de la rendre plus bestiale. Elle dispose également d’évolutions techniques telles que des freins carbone/céramique, des jantes en magnésium et des échappements en titane

Zonda F Roadster
La prouesse est de maintenir le poids au même niveau que la F
pagani-zonda-f-roadster

Zonda F Roadster / Clubsport
La Clubsport pousse la puissance à 650 ch.
En tout , cette série de F avec ses déclinaisons sera produite à 25 exemplaires.

Zonda Cinque / Cinque Roadster (2008-2009)
Cela fait 10 ans que Pagani a fait son entrée dans le cercle de constructeurs de Supercar. Il acquiert donc une notoriété de part la maturité de son auto et ses performances. Néanmoins, il se trouve confronté à la difficulté de passer au prochain modèle qui pourra définitivement crédibiliser sa démarche.
C’est le même exercice que pour un artiste qui a fait un tube et que tout le monde attend au tournant pour le suivant.
zonda cinque

Le génie marketing de Horacio Pagani est de maintenir « en vie » sa Zonda en multipliant à partir de 2008 les séries limitées, en indiquant que ce sera la dernière. La relation client étant au centre de la réussite et de la pérennité de sa société, Pagani est toujours heureux de pouvoir dépanner un futur client sur une demande très spécifique, alors même que la fin du modèle a été annoncée.
Le moteur est poussé à 678 ch

Zonda PS (2009)
Il semble que tous ceux capables de mettre plus de 500.000 € dans une voiture peuvent contacter Pagani et se façonner une Zonda très personnelle.
C’est le cas avec cette PS pour Peter Saywell qui a apporté une touche perso à l’arrière du véhicule. Le seul bémol concerne la baisse de puissance par rapport à la Cinque puisque c’est la base d’une Zonda F, soit 602 ch.

Zonda Tricolore (2010)
On a donc droit à la Zonda Tricolore pour féter les 50 ans de la patrouille Italienne fabriqué à 3 exemplaires, suivi de la Uno (drôle de nom tout de même pour une italienne après celle de Fiat.
zonda tricolore

Zonda R
C’est également en 2009 que Pagani sort une nouvelle idée. Produire une version ultime en s’exonérant des problématiques légales puisque cette voiture n’est ni autorisée à rouer sur route, ni à participer à une compétition. Il faut donc se rendre sur circuit pour profiter des dernières évolutions dont notamment le V12 7,3 l porté à 750 ch et un poids encore abaissé gràce à l’emploi de carbone et titane pour la coque.
15 heureux propriétaires se partagent cette production de Zonda R

Zonda 750 (2010)
Du coup, un potentiel client a demandé à avoir une Zonda R pour aller chercher son pain et du coup naquit la 750 pour rappeler le nombre de chevaux aux propriétaires de la Cinque car c’est celle qui a servi de base.
Du coup, elle n’existe qu’à un seul exemplaire donc on voit apparaître la Zonda Absolute pour un autre propriétaire qui voulait la même, sauf que craignant la violence de la bête, il se contente de 678 ch.

zonda uno

Mais attention, comme la 750 est basée sur la Cinque, pourquoi ne pas proposer une nouvelle production à 1 unité mais cette fois sur base de Cinque Roadster !!!!
C’est la HH pour le nom de famille de son commandaire, Heinemeier Hansson
Une fois encore, elle se contente de 678 ch

On se dit que l’on est enfin au bout du cycle et que la Zonda a vécu. D’autant que sa remplaçante est annoncée et sera officiellement présentée en 2011.

La Série des 760 (à partir de 2012)
C’est mal connaître Horacio Pagani qui doit composer avec ses finances restreintes pour finaliser son nouveau modèle.
Plutôt de faire comme Tesla qui ouvre le concept des pré-commandes pour garnir son compte, Pagani préfère compter sur ses mécènes en leur garantissant un modèle unique ou extra limité, gage de maintien de la valeur.

Alors que l’on se dit que c’est finito, on a à nouveau droit à une nouvelle salve d’exemplaire unique.
Alors que tous les constructeurs de luxe tentent de gonfler le prix de vente grâce à leur département de personnalisation, il ne reste guère que quelques constructeurs à effectivement offrir une personnalisation qui dépasse le cadre purement esthétique.
D’ailleurs, pour s’en convaincre, il n’y a qu’à constater qu’aucun préparateur n’officie sur une Pagani.
Cela rend l’acquisition d’une Zonda quelque chose de tout à fait particulier car elle sera construite sur les demandes spécifiques du client.

Sur la base de cette dernière série, on a vu apparaitre les modèles suivants, tous différents dans leur aspect esthétique et mécanique à l’exception du moteur délivrant 760 ch pour tous.
760 RS / 760 Passione / 760 JC / 760 RSJX / 760 VR Roadster / 760 Roadster / 760 LM / 760 Fantasma / 760 PS / 760 LM Roadster
et la 760 LH
Pagani va bénéficier d’un ambassadeur prestigieux pour ce modèle puisque cette LH, porte les initiales de Lewis Hamilton, Quadruple champion du Monde de F1, qui a tenu à pouvoir avoir une boite manuelle sur son exemplaire.

Zonda 760 LM Roadster
Honda Zozo

Zonda Revolucion (2014)
Le V12 a été encore travaillé et délivre désormais 800 ch et 730 Nm de couple.
Le poids est encore abaissé pour pointer à 1.070 Kg, soit l’équivalent d’une demi Veyron.
Pour sa part, le travail aérodynamique a été poussé à l’extrème ce qui conduit à un esthétisme global moins réussi que la précédente.

Zonda Barchetta (2017)

Il semble Q’Horacio Pagani ne veuille pas laisser tomber dans l’oubli sa création, celle par qui tout est arrivé pour lui. Du coup, la surprise fut totale lors de la présentation de cette énième version de la Zonda, 18 ans après son lancement et surtout 6 ans après la présentation de sa remplaçante !
On peut reconnaitre cette fois-ci que le travail ne porte pas uniquement sur l’amélioration technique mais bel et bien sur la ligne. En tout cas, le résultat est très impressionnant et les couleurs plutôt sobres.
Cette création semble devoir exister en 3 exemplaires donc celle-ci qui est pour les 60 ans du patron.
Du coté de la motorisation, les rumeurs évoquent le V12 de la Huayra mais comme l’intérieur laisse apparaitre une boite manuelle, le mystère reste entier.

Avec une production d’environ 100 voitures, il est rare de croiser une annonce d’occasion mais nous en avons tout de même 2 actuellement.
http://www.leparking.fr/voiture-occasion/zonda.html

Voiture diesel, essence ou voiture électrique : laquelle coûte le moins cher à assurer ?

  • Dans le monde complexe de l’assurance automobile, chaque propriétaire de véhicule se pose invariablement la même question : quelle motorisation est la plus avantageuse sur le plan financier ? Diesel, essence ou électrique, le choix de votre voiture peut avoir un impact significatif sur le coût de votre assurance automobile. Alors que de nombreux facteurs influencent le montant de votre prime, du type de contrat à divers critères personnels, il est crucial de comprendre comment ces éléments se combinent pour déterminer la meilleure option pour votre portefeuille. C’est ce que révèle une récente étude menée par le comparateur d’assurances LeLynx.fr à partir d’un échantillon de 795 064 primes d’assurances auto cliquées par les utilisateurs LeLynx.fr sur toute l’année 2022 et 451 175 primes assurance auto cliquées sur l’année 2023.

Trois types de contrat pour assurer votre voiture

Avant de rentrer dans le détail de cette étude, rappelons que vous avez le choix entre trois types de contrat pour assurer votre voiture. Également appelée « garantie responsabilité civile », l’assurance au tiers est la formule minimale à contracter pour rester dans la légalité. Mais c’est aussi la moins chère car elle ne couvrira que les dégâts causés à autrui. A l’inverse, l’assurance tous risques est la formule la plus complète et la plus protectrice, à privilégier si vous possédez une voiture neuve ou récente. Enfin, l’assurance auto intermédiaire dite « au tiers plus » constitue un compromis entre les deux précédentes formules, que ce soit en termes de prix ou de protection.

Différents critères pour calculer votre prime d’assurance

Comme vous l’aurez compris, le montant de votre assurance automobile va dépendre de l’une des trois garanties que vous allez souscrire. A cela s’ajoutent le profil et l’historique du conducteur (ha oui, ce satané bonus-malus !), les caractéristiques du véhicule à assurer (marque, puissance fiscale, âge, valeur neuve…) mais aussi  l’usage que vous en faites. Parmi tous ces critères, la motorisation de la voiture n’est pas à négliger car elle peut avoir des conséquences sur d’éventuelles réparations à effectuer.

La voiture électrique, motorisation la moins chère à assurer

Si l’on s’en tient à la motorisation, on constate selon l’étude du lelynx.fr que c’est la voiture électrique qui est la moins chère à assurer alors que c’est la voiture la plus chère à l’achat (environ 10.000 euros de plus que ses homologues thermiques). Ainsi, pour une assurance au tiers, l’automobiliste français a déboursé plus de 420 euros en 2023 pour un véhicule électrique contre plus de 520 euros pour une voiture essence ou diesel.

Un écart de prix conséquent que l’on retrouve aussi pour un contrat tous risques : 707 euros pour une voiture électrique contre plus de 760 euros pour une auto diesel ou essence. Seule exception à la règle, l’assurance intermédiaire tourne autour des 600 euros pour nos trois motorisations.

Une différence de tarif avec l’électrique de près de 30%

Mais au fait comment peut-on expliquer un écart de prix de 10 à 20% entre une assurance auto électrique et ses homologues thermiques ? Tout d’abord, il faut prendre en compte les trajets qui sont souvent moins longs en voiture électrique mais aussi moins rapides. Autre explication avancée : les automobilistes qui ont craqué pour l’électrique seraient moins stressés au volant et donc moins accidentogènes. Enfin et surtout, cette différence de prix s’explique par la suppression de la TSCA (taxe spéciale sur les conventions d’assurance) pour les voitures électriques achetées entre 2021 et 2023 et qui pouvait auparavant alourdir la facture !

Les contrats des voitures essence et diesel arrivent au coude à coude

Si la voiture électrique reste la moins chère à assurer, il est en revanche plus compliqué de départager les véhicules roulant à l’essence et au diesel. Ainsi pour un contrat au tiers, la différence de prix par rapport à la prime moyenne d’assurance en 2023 est de -17% pour une voiture diesel contre -20% pour une voiture essence. Cette différence s’affiche pour les deux motorisations autour des -8% pour un contrat intermédiaire et de +16% pour un contrat tous risques.

Koenigsegg : l’incroyable réussite d’un danois


Il faut une sacrée dose d’insouciance et d’abnégation pour imaginer créer une marque automobile à la fin des années 90. Si on rajoute que le pays d’implantation est la Suède, que le marché visé est celui des supercars et que le nom retenu pour la marque n’est autre que le nom du fondateur, à la fois difficilement orthographiable et imprononçable, on n’a finalement que très peu d’ingrédients pour un projet réussi.

Il fallait donc être fou ou très visionnaire pour débuter cette aventure. Cela tombe très bien car Christian Von Koenigsegg fait partie de ces personnes. A l’âge où l’on commence à sortir de l’enseignement supérieur, notre individu pose les bases d’une marque qui deviendra au fil du temps une référence dans le domaine des supercars.

Au Mondial de l’Automobile 2002, en voyant Koeniggsegg sur son stand au côté de la CC8, on ne pouvait pas imaginer qu’une décennie plus tard, la marque ferait partie des références continuellement citées lorsque l’on parle de voitures les plus rapides. En toute franchise, je n’aurais pas parié beaucoup sur la longévité de cette marque.
C’était une erreur car 18 ans plus tard, les records se sont accumulés sur l’étagère, comme les victoires pour Lewis Hamilton. La marque s’est en effet spécialisée dans les records de vitesse et se tire la bourre avec Bugatti.
Elle est toujours à date la voiture de série la plus rapide et dispute ce privilège à Bugatti depuis 2005. Voici les détails pour ceux qui apprécient :

2005 : Record du 28 Février par la Koenigsegg CCR à 387,87 km/h
2005 : Record du 19 avril par la Bugatti Veyron EB 16.4 à 408,47 km/h
2008 : Record du 0-300-0 km/h en 29 sec pour la CCX
2010 : Record du 2 Juillet par la Bugatti Veyron Supersport à 431,07 km/h
2011 : Record du 0-300-0 km/h en 21,9 sec pour l’AGERA
2017 : Record du 4 Novembre par la Koenigsegg Agera RS à 447 km/h
2017 : Record du 0-400-0 km/h par la Bugatti Chiron en 41,96 sec
2017 : Record du 0-400-0 km/h par la Koenigsegg Agera RS en 33,29 sec
2019 : Record du 0-400-0 km/h par la Koenigsegg Regera en 31,49 sec

Jusque-là, on ne peut qu’être impressionné par cette destinée incroyable mais si on s’attarde un peu, on découvre que Christian n’est pas issu d’un milieu lambda. Son père est un entrepreneur ayant réussi, membre de l’establishement Suédois, qui n’a pas hésité à financer les débuts, accompagné également par un tycoon norvégien, Baard Eker. On comprend dés lors mieux pourquoi et comment Koenigsegg s’est porté sur la liste des repreneurs de Saab.
Ces aides ont certainement contribué à accéder aux financements nécessaires à la mise en production du premier modèle, la CC, huit ans après sa première présentation. D’ailleurs, Christian Von Koenigsegg ne s’en cache pas car il a donné à sa dernière création le prénom de son père.

Revenons au commencement de cette courte aventure par le premier modèle, véritable socle ayant permis de construire la route vers la reconnaissance. La CC8 va connaitre un certain nombre d’itérations, un peu à la manière de Pagani avec sa Zonda.

Retraçons les différents modèles de la marque qui aura produit moins de 200 exemplaires depuis 2004.
Il faut garder à l’esprit que la production entre 10 et 20 voitures par an et dispose d’un effectif inférieur à 100 personnes.  C’est une toute petite échoppe, qui se positionne dans l’ultra haut de gamme. Les prix de vente ont d’ailleurs tendance à exploser puisqu’une CC8S était proposée neuve à moins de 400.000 € en 2004, soit 440.000 € en 2019 alors que la Jesko débute à 2.5 M€.

Il y a trois éléments caractéristiques de Koenigsegg, que l’on ne retrouve que sur cette marque :
– le système d’ouverture des portes en élytre
– le pare-brise bombé
– biplace équipé d’un panneau de toit amovible

2002 – 2004 : CC8S

C’est le premier modèle de la firme qui apparait après la présentation de plusieurs prototypes. Produit en six exemplaires, il est propulsé par un moteur V8 d’origine Ford de 4.8l développant 655 chevaux avec un couple maximal de 750 Nm. Ce moteur a été largement retravaillé dans le but d’un allégement maximum. C’est d’ailleurs grâce à ce poids contenu, la CC8 affichant un poids à vide de 1 100 kilos grâce à sa carrosserie à base de Kevlar et de fibre de carbone, que ce premier modèle est capable d’abattre le 0 à 100 km/h en 3,2 secondes et d’avoir une Vmax de 390 km/h.
L’ADN de la marque est

2004 – 2006 : CCR
Nouvelle itération de l’unique modèle de la marque, à l’image de ce que propose Pagani avec la Zonda. Cela permet de faire une actualité sans nouveau modèle. Cette version améliore les performances puisque d’un côté, le moteur, à la cylindrée inchangée, produit désormais 806 ch et de l’autre, des améliorations aéro avec l’apparition d’un aileron,  d’un nouveau spoiler, de jantes et freins plus grands. Le dessin se virilise, dénaturant un peu la fluidité du premier modèle. Ce sera finalement celui-ci qui aura le plus de valeur, à l’instar de la Countach.
La production surpasse un peu la précédente avec 14 modèles recensés.
Les 2 annonces de CCRhttps://bit.ly/33EuUE9

2006 – 2010 : CCX
Cette nouvelle version bénéficie pour la première fois d’un programme de simulation avec des outils 3D. La grande nouveauté touche la mise aux normes US car la voiture va pouvoir trouver des clients dans le plus grand marché du monde. Elle est plus large, le toit rehaussé et tout le système électrique devient digital.
Cette fois, la puissance est portée à 888 ch.
Les 3 annonces de CCX : https://bit.ly/2He4CyS

2007 – 2010  : CCXR
Il s’agit toujours du même moteur mais l’astuce vient de l’utilisation d’un carburant spécial, le bioéthanol (E85) qui permet d’annoncer 1.018 ch et un couple phénoménal de 1.100 Nm.
Du coup, elle devient la première supercar « verte » et les performances ne sont pas en reste. le 0 à 100 km/h est expédié en 2.9 secondes et la vitesse de pointe dépasse les 400 km/h.
La CCXR a servi de base à une version ultra limitée (3 exemplaires), la TREVITA. Elle bénéficie d’un traitement particulier du carbone qui n’est plus noir comme habituellement mais qui présente des reflets diamantés, surtout quand la voiture est en plein soleil.
Floyd Mayweather fut l’illustre propriétaire de l’unique modèle destiné au marché US mais il a revendu la bête 2 ans après son acquisition avec une moins-value de 2.6 M$
Les 2 annonces de CCXR : https://bit.ly/2MlSO1T

2010 – 2013 : AGERA
On prend le même (moteur) qui est poussé à 960 ch. On améliore l’intérieur, tant dans l’ergonomie que dans la présentation avec notamment l’apparition du désormais fameux logo « fantôme ».
Les 4 annonceshttps://bit.ly/2MmQrfk

2011 – 2014 : AGERA R
Pour la première fois, une Koenigsegg franchit la barre symbolique des 1.000 ch avec 1.115. Ce « nouveau » modèle recçoit également de nouveau éléments aéros.
Les 2 annonceshttps://bit.ly/2TJdz8r

2012 – 2014 : AGERA S (hundra)
Cette version a du être proposée sur les marchés qui ne propose pas l’E85 afin de maintenir le niveau de performance. Elle fut produit en 5 exemplaires.

2014 : THE ONE:1

C’est la version ultime de la lignée Agera. Son nom vient du 1 Megawatt, puissance qu’elle est la seule voiture de route homologuée à proposer. Le ratio est donc de 1 kg pour 1 cheval, jamais vue auparavant.

2015 à aujourd’hui : REGERA

Et oui, la fée électricité s’invite aussi chez Koenigsegg. Les années passent et la marque ne cesse de développer les performances de ses supercars. La Regera devient donc logiquement le modèle le plus puissant et techniquement développé car il s’agit d’un modèle hybride.  On retrouve toujours le bon vieux V8 biturbo, développant 1 100 chevaux, mais aussi plusieurs moteurs électriques. Deux pour la propulsion, cumulant 490 ch et un qui sert de générateur et charger la batterie. Le plus surprenant est que cette hypercar fait l’impasse sur la boite de vitesse.
Le poids ainsi économisé a permis d’installer une batterie fournie par Rimac (tiens donc !). Ce sont les moteurs électriques qui se chargent de faire démarrer la voiture et l’amener à une vitesse à le moteur thermique prend le relais.
Il faut enfin noter que pour la première fois, l’habitacle profite d’un traitement plus luxueux qu’avant avec notamment un
écran vertical de 9 pouces, connectivité 4G, Wi-Fi…
La production est prévue pour atteindre 80 exemplaires.
Les 4 annonces de Regerahttps://bit.ly/2OZ8Q3T

2019 : JESKO

Ce nouveau modèle, qui remplace l’Agera mais complète le catalogue aux cotés de la Regera, s’inscrit comme le modèle haute performance. Il va permettre à Koenigsegg d’aller chercher de plus grands volumes de fabrication puisqu’il a été annoncé 125 exemplaires et quelques versions spécifiques en plus.
Elle est en quelque sorte l’aboutissement des travaux menés par le constructeur sur l’aérodynamique et la puissance qui est annoncée à 1.280 ch en standard et plus de 1.600 avec l’aide de l’E85. Elle est également dotée d’une boite à 9 vitesses et sept embrayages pour des vitesses de passage stratosphérique.
Elle a pour mission de battre le record de vitesse en tutoyant les 500 km/h.
Les 2 annonces de Jeskohttps://bit.ly/2YRra3k

Christian Von Koenigsegg a réussi son pari d’installer sa marque dans le paysage ultra exclusif des hypercars. Son positionnement est clair, ses produits font l’objet d’un véritable plébiscite de la part de certains et il n’est pas rare de trouver au moins l’un de ses modèles dans les plus belles collections mondiales, au coté des Ferrari, Bugatti, Lamborghini, etc…

La prochaine décennie va néanmoins être un tournant important pour voir comment le virage de l’électrification sera abordé. Ferrari a fait mal en présentant sa SF90 à moins de 500.000 €, la prochaine Tesla Roasdster annonce des performances ahurissantes dans le même segment de prix. Compte tenu de la taille de la manufacture Koenigsegg, le pari à relever est important.

2020 : Gemera

Encore une fois, le constructeur innove avec ce modèle qui n’est rien d’autre qu’une supercar familiale. La Gemera propose en effet quatre places, aisément accessible même pour des adultes grâce à ses grandes portes à ouverture en élytre permettent d’accéder à l’arrière sans déplacer les sièges avant.
L’étonnement ne s’arrête pas là car ce modèle se veut être efficient puisque disposant pas moins de quatre moteurs : un thermique et trois électriques. Le thermique n’est pas ce que l’on pourrait attendre d’une supercar, même à 4 places puisqu’il s’agit d’un trois cylindres essence sans arbre à cames de 1 988 cm3 placé en position centrale arrière et entraîne les roues avant. Baptisé Tiny Friendly Giant (TFG) par le constructeur, il développe 600 ch et 600 Nm de couple.
L’ensemble motopropulseur fournit une puissance combinée de 1 700 ch

2022 : CC850


Ce modèle n’est pas à proprement parlé nouveau car il s’agit d’une ré-interprétation de la CC8S pour célébrer les 20 ans de Koenigsegg et les 50 ans de son patron.
Au programme, une sacrée cure de vitamines avec 1363 chevaux et une boite révolutionnaire. En effet, le conducteur a le choix entre une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports, avec une pédale d’embrayage, et une boîte de vitesses entièrement automatique avec des changements de rapports ultra-rapides et sans frottement.
Un bijou de technologie limité à 50 exemplaires.

Découvrez les 21 annonces de Koenigesgg : https://bit.ly/33w9A3K

Nos astuces pour votre location d’utilitaire en 2023

Nous sommes des milliers à faire appel à une société de location chaque année pour trouver un ou plusieurs véhicules utilitaires.
Toutefois, trouver le bon loueur n’est pas toujours une partie de plaisir !
Astuces essentielles, pièges à éviter, recherche du meilleur prix : notre rédaction vous propose un guide pratique pour vous aider dans cette quête.


Pourquoi louer un véhicule utilitaire ?

Le premier avantage de louer un camion ou un fourgon utilitaire est évidement le côté pratique. Utiliser votre voiture personnelle pour un déménagement, ou transporter de matériaux d’un lieu à un autre peut s’avérer très encombrant et surtout dangereux.
Dans ces cas-là, ces véhicules utilitaires sont donc indispensables.
Alors qu’en acheter un pour une raison ponctuelle serait beaucoup trop onéreux, la location reste la solution la plus économique et la plus pratique.

Il est important de mentionner que les véhicules utilitaires prennent énormément d’espace. Les places de parking étant déjà compliquées à avoir, acheter l’un de ces véhicules ne ferait qu’accroître les problèmes de stationnement.

Quel type de véhicule choisir ?

Le choix de la voiture de location doit s’effectuer en fonction du volume des affaires à déplacer. Pour les déménagements, vous aurez le choix entre les camions et les fourgons utilitaires. Les véhicules proposés ont généralement une capacité comprise entre 3 et 40 m3, voire plus dans certains cas de figure.
Pour vous aider dans votre choix, il faut savoir qu’un utilitaire de 20 m3 est suffisant pour déménager un appartement de type T2. Il pourra accueillir l’ensemble de vos meubles ainsi que votre électroménager.
Agile et compact, il se faufile dans les rues les plus petites, ce qui facilitera votre mission, notamment si vous habitez une grande ville.

Pour de plus grands travaux, il sera plus intéressant de vous orienter vers la location d’un camion. Un véhicule de 30 m3 est notamment conseillé si vous souhaitez déplacer l’équivalent du contenu d’un appartement de type T3/T4.

Pour les plus petites opérations, vous pouvez aussi vous tourner vers un fourgon, qui proposera un volume compris entre 8 et 14 m³.


Quels sont les prérequis pour louer votre véhicule utilitaire ? 

Comme pour tout véhicule, il est nécessaire de montrer patte blanche pour louer votre utilitaire ou votre fourgon. Ainsi, veillez à bien remplir les différentes conditions préalables pour ne pas avoir de mauvaises surprises lors de votre visite en agence. Premièrement, sachez qu’il ne suffit pas d’être titulaire d’un permis de conduire pour louer votre véhicule, utilitaire ou autre. En effet, vous devez avoir, au minimum, 21 ans, pour la plupart des véhicules. Car dans certains cas, les agences de location demandent même un âge minimum de 25 ans. Pensez donc à vous renseigner d’entrée sur ce point, si vous êtes jeune conducteur/conductrice.

Toujours concernant les garanties, votre loueur vous demandera de déposer une caution lors du retrait du véhicule. Une assurance pour l’agence, dans le cas où des dommages sur l’utilitaire surviendraient, pendant l’un de vos trajets. Généralement, le montant oscille entre environ 900 et 2000 euros, selon le loueur. Une somme qui ne sera pas encaissée, à part si un incident était à déplorer pendant l’utilisation du véhicule.

Comment louer votre utilitaire au meilleur prix ?

La location de véhicule revient plus chère qu’auparavant, et vous l’avez sans doute déjà constaté : en effet, les prix ont bondi de +20% en 2022 par rapport à 2021, et l’augmentation atteint +100% si l’on compare avec l’année 2019. Il existe pourtant des astuces pour dénicher la perle rare et louer votre fourgon pour pas cher.

  • La planification pour maître-mot :

Notre première recommandation consiste à anticiper un maximum votre demande de location.
Qu’il s’agisse d’un fourgon de déménagement ou d’un utilitaire, d’un aller-simple ou d’un aller-retour, sachez que la demande est grande.
Il ne faut donc pas hésiter à contacter votre loueur plusieurs semaines à l’avance pour verrouiller la location du véhicule de votre choix, sous peine de voir les prix grimper en flèche à l’approche de votre échéance.

  • Veillez à comparer les prix :

De nombreux paramètres peuvent influer sur le prix de votre location.
En fonction de la taille du fourgon, du jour de la location ou de l’agence choisie, il peut y avoir de gros écarts.
Par exemple, un utilitaire de 20m3 sera plus cher qu’un fourgon de 12m3, de même que le week-end sera plus cher que les jours de semaine. Comparer les prix entre les différentes agences est donc essentiel. Nous vous invitons à privilégier de manière générale les enseignes historiques de location, qui proposent des prix adaptés au contexte de la crise des carburants.

  • Privilégiez la location en aller-simple :

Un aller simple vous permettra de louer moins longtemps et de réaliser moins de kilomètre avec votre véhicule.
S’agissant de 2 facteurs importants sur l’évolution du prix de votre location, vous aurez ainsi toutes les chances d’atteindre la promesse d’une location de fourgon pas cher !
De plus, il est maintenant très fréquent de pouvoir déposer votre fourgon dans une agence proche de votre point d’arrivée.
À noter que ce service est davantage proposé chez les loueurs historiques.

Louer entre particuliers, est-ce une bonne idée ?

Il existe aujourd’hui de nombreuses offres de location d’utilitaires entre particuliers, notamment sur des plateformes spécialisées et qui vous proposent des contrats adaptés à vos besoins.
L’opération peut d’ailleurs s’avérer très intéressante sur le plan économique.
En effet, il faudra généralement compter entre 50 et 60 euros pour des camions dont le volume se situe entre 6 et 9 m³ ou 58 à 70 euros pour des utilitaires avec un volume de 10 m³ pour une formule journalière.
Il reste toutefois conseiller d’utiliser un comparateur de locations d’utilitaires pour choisir entre plusieurs formules différentes et bénéficier du meilleur rapport qualité/prix.
Toutefois, il sera essentiel de vérifier la légitimité des services proposés par les loueurs particuliers afin d’éviter les escroqueries et tentatives d’arnaque. Pour ce faire, vous pouvez consulter l’avis d’autres clients ayant eu recours au même loueur pour voir leurs retours.

Avec ces conseils et en adoptant les bonnes pratiques, vous disposez de toutes les clés pour trouver une location de fourgon pas cher en 2023 !

Comment faire ses démarches carte grise par internet ?

Le certificat d’immatriculation dénommé « carte grise » est une pièce regroupant toutes les informations relatives à un véhicule. Tout conducteur en possède une et doit en permanence l’avoir à portée de main. L’acquisition d’une carte grise se fait à l’achat d’une nouvelle voiture ou en cas de changement de propriétaire. Cette démarche s’est longtemps déroulée dans un cadre administratif.

Néanmoins, le ministère de l’intérieur a récemment mis en place un processus en ligne. Ce changement semble être motivé par la volonté de simplifier les diverses démarches et de faciliter la vie des conducteurs. Dans cet article, nous vous apportons plus de précisions sur les avantages et les inconvénients de ce choix.

Les avantages de la démarche carte grise en ligne

Les démarches de carte grise s’effectuent dorénavant en ligne. Cette modernisation du processus est pleinement bénéfique à la société. En effet, elle s’accompagne de nombreux avantages et favorise la disparition des inconvénients inhérents au processus classique. Voici une présentation des changements positifs apportés par l’adoption de la démarche carte grise en ligne.

La simplicité et l’accessibilité de cette démarche

Réaliser sa démarche carte grise en ligne est d’une simplicité enfantine. Le système a été conçu de sorte à permettre les acquisitions de carte grise, les changements de propriétaire suite à un don ou une vente, etc. Il existe des onglets différents pour chaque opération. Il suffit de se rendre sur le site portail-cartegrise.fr et de créer un compte gratuit. Vous devez alors suivre les instructions pour débuter la procédure. Vous serez informé en temps et en heure à chaque évolution notable du dossier.

La réduction des dépenses en temps et en argent

Les démarches administratives classiques sont naturellement chronophages. Chaque jour, les agents de préfecture reçoivent des dizaines de personnes souhaitant réaliser une diversité d’opérations. Ils suivent un protocole différent selon chaque cas de figure et initient la procédure dès que possible.

Malheureusement, la liste d’attente semble un peu plus interminable à chaque fois. C’est pourquoi, une fois le dossier déposé, il est de coutume d’aller en vérifier l’évolution de temps en temps. Ce système est une véritable plaie pour les citoyens et revient plutôt cher en essence sur le long terme.

Heureusement, ces tracas ont disparu avec la digitalisation. Le temps nécessaire à la réalisation de démarches en ligne est relativement court. Cela suppose une accélération de l’ensemble des démarches et une réduction du temps d’attente. En outre, pourquoi se déplacer ? Vous êtes informé de chaque étape sur votre smartphone ou votre pc. Plus besoin de se rendre inutilement à la préfecture et de dépenser de l’essence par la même occasion.

Un système bénéfique à l’environnement

Le système administratif classique nuit à l’environnement de deux façons. Premièrement, la majorité des opérations nécessite l’utilisation de documents. Les documents sont composés de feuilles qui sont elles-mêmes produites en abattant des arbres. Par conséquent, chaque document produit est synonyme d’une blessure infligée à mère Nature.

Deuxièmement, les démarches s’étalent sur des jours voire des semaines. Cela oblige les concernés à se rendre à plusieurs reprises à la préfecture, polluant ainsi l’environnement avec leurs engins. Heureusement, le passage au numérique permet d’amenuiser ces dommages.

Les fichiers présents sur un ordinateur sont un amas de codes et de données. Ils n’ont pas besoin d’un support physique pour exister. Cela signifie une diminution drastique du nombre de documents utilisés.
Par ailleurs, les personnes ayant lancé leur procédure ne seront plus obligées de se rendre à la préfecture à plusieurs reprises. Ils peuvent en contrôler l’évolution depuis leur domicile. Il suffit pour cela de se rendre sur la plateforme dédiée aux démarches carte grise en ligne.

Le passage des préfectures au digital 

Beaucoup s’interrogent sur la légalité de la pratique consistant à effectuer une démarche carte grise en ligne. Il faut dire que les changements de certificat d’immatriculation se sont longtemps déroulés par l’intermédiaire des guichets de préfecture. L’opération était purement physique et basée sur une interaction directe avec l’administration. Par conséquent, un passage rapide au numérique entraine des interrogations.

Sachez que le passage du physique au numérique est une décision émanant directement du ministère de l’intérieur. Dans l’article 1er de l’arrêté du 9 février 2009 disponible sur immatriculation.ants.gouv.fr, il se montre clair concernant les nouvelles modalités d’immatriculation.. Celui-ci a donc affirmé sa position et n’a laissé place à aucune forme d’ambiguïté. Il a également interdit l’utilisation des guichets de préfecture pour ce type d’opération.

Embrayage : Tout savoir

  1. Le fonctionnement et les utilités

L’embrayage est un organe qui permet principalement de filtrer les vibrations et de protéger votre moteur car il désolidarise le moteur de la boîte de vitesses.

Effectivement, l’ensemble du mécanisme d’embrayage permet d’éviter les à-coups lors des démarrages et des changements de rapports, grâce à la progressivité de la manœuvre.
Ce bel objet est donc la terreur de tout apprenti conducteur. Savoir le manier requiert de l’entrainement et de la pratique. Une fois maitrisé, il permet de passer dans la catégorie des bons conducteurs et de se distinguer sur les circuits, pour peu que votre voiture dispose évidemment d’une boite manuelle.

Le filtrage des vibrations et des irrégularités de fonctionnement du moteur est assuré par des ressorts. Il vous permet de passer les vitesses.

Sur les véhicules équipés d’une boîte automatique, le conducteur n’intervient pas, ce qui rend la chose beaucoup moins savoureuse et la lecture de cet article quasi inintéressant. Sa durée de vie varie en fonction de 2 critères principaux :
Voici ce qu’il est important de savoir en cas d’achat d’occasion. Plus facile à dire qu’à faire, c’est certain mais avoir un petit conseil ne fait jamais de mal.

  • Nombre de trajets effectués.
  • Nombre d’actions sur l’embrayage.

Une utilisation urbaine, à pleine charge ou avec traction de remorques, caravanes, voire la conduite dite « sportive » peuvent user votre embrayage plus rapidement.

Eléments constituant un embrayage :

  • Le mécanisme.
  • Le disque.
  • La butée.

Chacune de ces pièces peut être défaillante sans pour autant que les 2 autres le soient. Le disque peut s’user prématurément, la butée peut se gripper ou le mécanisme se briser.

Fonctionnement de l’embrayage

L’arbre primaire entraîne le disque d’embrayage et permet le mouvement dans la boîte de vitesses. Le disque d’embrayage est plaqué sur le volant moteur et transmet le mouvement aux roues.Le volant moteur est solidaire du vilebrequin et tourne au régime moteur.Le plateau de pression et la friction, placés contre le volant moteur, permettent d’éviter le patinage du disque.Les ressorts (situés au centre du disque d’embrayage) amortissent vibrations et irrégularités de fonctionnement du moteur.La butée, reliée au mécanisme, permet le passage des apports.La fourchette commande le déplacement de la butée.

Le saviez-vous ?

L’embrayage protège votre moteur ainsi que la transmission en cas de surrégime ou de patinage excessif des roues (verglas, enlisement…).

2. Les règles d’utilisation

En général, vous ne devez pas rencontrer de problème avec cet organe si vous l’utilisez correctement et que vous suivez ces quelques règles :

  • Évitez le démarrage brutal

C’est à dire qu’il ne faut pas relâcher brutalement le pied de la pédale d’embrayage, sinon les pièces seront soumises à des changements brusques, les faisant passer d’un stade immobile à une obligation de tourner au même régime que celui du moteur.

  • N’embrayez pas trop doucement

Vous risquez de faire patiner indéfiniment votre embrayage. Ainsi vous faites chauffer le disque et, si la température dépasse 400°C, vous risquez de glacer la garniture et de condamner votre disque.

  • Évitez les « à-coups »
  • Ne roulez jamais en gardant le pied sur la pédale d’embrayage
    Vous risquez de faire patiner le disque.
  • Soyez vigilant si vous tractez quelque chose.
    Lorsque vous tractez une caravane ou une remorque ou lorsque vous effectuez des démarrages en côte.
  • A l’arrêt, mettez à chaque fois votre boîte de vitesses au point mort
    Vous ne devez pas conserver votre pied appuyé sur la pédale. Vous fatiguerez le mécanisme qui, après quelque temps, n’exercera plus un effort suffisant pour plaquer le disque contre le volant moteur.
  • Si vous devez remplacer votre disque d’embrayage, remplacez l’ensemble
    Disque + mécanisme + butée.

Si vous devez remplacer un disque sur un mécanisme usé, vous risquez un mauvais fonctionnement en raison d’appuis irréguliers du disque sur le mécanisme. De plus, en changeant l’ensemble, vous éviterez un nouveau démontage pour remplacer une autre pièce du système qui vient de céder.

3. L’état de votre embrayage

Les symptômes d’un embrayage fatigué sont généralement les suivants : Soit la commande devient dure, soit vous sentez une odeur de chaud, signe que votre embrayage brûle.
Vous pouvez réaliser 2 tests simples qui vous permettront de savoir si votre embrayage est en bonne santé.

Premier test

  • Faites chauffer votre moteur et laissez-le tourner au ralenti.
  • Puis serrez le frein à main et passez la troisième vitesse.
  • Enfin, embrayez doucement.

Votre moteur doit caler brutalement. Si ce n’est pas le cas, c’est sans doute que votre disque d’embrayage est fatigué.

Deuxième test

  • Sur une route sécurisée et limitée à 90 km/h, placez-vous sur un côté.
  • Roulez à 50 km/h.
  • Puis accélérez à fond comme si vous souhaitiez effectuer un dépassement.
    Si votre moteur monte en régime, mais que la voiture ne prend pas de vitesse, c’est que l’embrayage est usé et qu’il patine.

    En tout cas, prenez du plaisir au volant de votre voiture et soyez responsable.

7 raisons de rouler en Tesla

Tesla Motors est un pionnier sur le marché des voitures électriques depuis des années. Depuis ses humbles origines, où elle construisait des roadsters électriques sur des châssis Lotus modifiés, Tesla est devenue une force avec laquelle il faut compter. Désormais connu de tous, Tesla représente une part importante du marché mondial des véhicules électriques. Son réseau de Supercharger s’étend sur plusieurs continents et son PDG, Elon Musk, est une célébrité internationale.

Mais ce qui compte ici, ce sont les voitures. Avec une gamme de quatre modèles et le développement d’autres modèles, les Tesla. Si le prix d’entrée est relativement élevé, les ventes ont néanmoins été soutenues. Si vous avez pour projet d’acheter une Tesla via Le Parking ou d’en louer sur Roadstr par exemple dans les prochains mois, voici sept raisons de rouler en Tesla.

Un couple instantané
À l’inverse d’un moteur thermique, le couple est quasiment instantané sur une voiture électrique. Les moteurs thermiques ont besoin de monter dans les tours pour avoir du couple. Les moteurs électriques délivrent toute la puissance aussi rapidement que l’électricité peut alimenter les aimants à l’origine de la puissance de rotation. En prime, les Tesla restent des voitures relativement puissantes en comparaison aux autres constructeurs. Par exemple, une Tesla Model S Plaid délivre 1020 ch pour abattre le 0 à 100 km/h en 2,1 sec.

Tesla a toujours été précurseur en matière de technologie«  Tesla a été un pionnier dans de nombreux domaines de l’industrie automobile, et cela continue aujourd’hui. Les Tesla sont parmi les plus avancées et les plus viables sur le marché, et ils ont montré que l’avenir de l’industrie est dans l’électrique. Ce sont les premiers à utiliser des grands écrans tactiles pour la plupart des fonctions de la voiture et ont contribué à redéfinir la façon dont nous interagissons avec nos voitures. Également pionnier dans la conduite autonome et dans la mise en place d’un réseau de recharge à l’échelle nationale. Tesla est l’un des premiers fabricants à construire une voiture électrique avec une autonomie suffisante pour la rendre viable au quotidien pour la plupart des usagers de la route.


Un vaste réseau de recharge
Les Superchargeurs de Tesla permettent de parcourir de longues distances dans le pays avec un minimum d’interruptions. Selon Tesla, les Superchargeurs peuvent fournir une autonomie d’environ 320 kilomètres en 15 minutes et recharger la batterie en moins d’une heure. L’utilisation gratuite du réseau de recharge était un avantage pour les acheteurs de voitures neuves, mais cet avantage a depuis été supprimé. Cela dit, disposer d’un réseau dédié de chargeurs fiables et rapides qui s’intègrent parfaitement à votre voiture est une raison impérieuse de choisir une Tesla plutôt que d’autres voitures électriques.

Un entretien allégé, donc peu coûteux

Les voitures modernes à essence et diesel sont incroyablement fiables par rapport à celles construites il y a quelques décennies. L’époque où une voiture était usée à 100 000 kilomètres est révolue, et c’est une excellente nouvelle pour les consommateurs.

Cependant, pour que ces véhicules tiennent dans le temps, un entretien régulier est indispensable. L’entretien régulier ne comprend pas seulement les changements d’huile et les filtres à air, mais aussi les services majeurs comme le remplacement de la courroie de distribution et de l’embrayage. Les voitures électriques sont différentes.

Bien qu’une inspection visuelle soit toujours utile, l’ordinateur surveille constamment la batterie et les moteurs, émettant des alertes lorsque quelque chose nécessite une attention particulière. Grâce au freinage par récupération, les plaquettes de frein n’ont littéralement jamais besoin d’être remplacées. Il ne reste donc plus qu’à effectuer le changement des pneus. Le programme d’entretien officiel de Tesla ne comprend que quelques contrôles réguliers et le remplacement du filtre d’habitacle. L’absence d’entretien coûteux est un argument de poids pour acheter une Tesla.

Une des voitures les plus sûres sur la route

La sécurité des véhicules a augmenté de façon spectaculaire au cours des deux dernières décennies. Les accidents mortels qui étaient autrefois monnaie courante sont désormais facilement surmontables dans une voiture moderne. Pourtant, certains constructeurs font mieux que d’autres, et Tesla s’efforce depuis le début de produire des voitures plus sûres.

Les voitures électriques ont un centre de gravité plus bas que la plupart des voitures, ce qui les rend moins susceptibles de se renverser. Toutes les voitures Tesla ont été notées 5 étoiles par la NHTSA, la plus haute note possible, et ont réaffirmé leur note de sécurité en 2017. Elektrek a fait état en 2018 de la remarquable capacité du Model X à se remettre droit après s’être renversé. Avec une stabilité inhérente et l’ajout de dizaines d’airbags ainsi que l’utilisation d’acier à haute résistance, peu de voitures sont plus sûres sur la route que Tesla.

Économique et respectueux de l’environnement

Le cœur d’une Tesla est son moteur électrique. Depuis des années, les constructeurs essaient de trouver un moyen alternatif à l’essence, mais aucun d’entre eux n’y est parvenu avant l’arrivée de Tesla. Greenly explique qu’en Avril 2020 le think tank Arval Mobility Observatory a publié une étude sur le nombre de kilomètres parcourus avant de compenser les émissions de CO2 nécessaires à sa production et circulation. En se basant sur la Norvège qui est un pays offrant un bilan CO2 vertueux grâce à un mix de production électrique hydraulique de 97%. Il faudra donc parcourir 8000 km en voiture électrique pour compenser les émissions de CO2. En France, où 78 % de l’électricité est produite par l’énergie nucléaire, ce chiffre tombe à 16 800 km.

Avec les prix à la pompe qui sont en constante augmentation, des études montrent qu’il est possible de faire des économies importantes avec l’électrique. Faire le plein d’essence d’un véhicule coûte en moyenne 2 500 euros par an (ou 50 euros pour un trajet de 400 kilomètres), alors que recharger une voiture électrique à domicile coûte en moyenne 2 euros pour 100 kilomètres. Cela signifie que, sur une distance de 20 000 kilomètres, faire le plein d’une voiture électrique coûte environ 400 euros par an, soit 2 100 euros de moins qu’une voiture à essence.

Des voitures amusantes

Personne ne peut accuser Tesla d’être conventionnel. Depuis ses débuts en tant que constructeur automobile de niche créant des voitures avec des systèmes de propulsion non conventionnels, Tesla a défié les traditions. Cette approche non conventionnelle se retrouve dans tous les produits de la marque.

Le Model X poursuit cette tendance avec une fonction qui joue une chanson de Noël de l’Orchestre Transsibérien tout en faisant clignoter les lumières et en ouvrant et fermant les portes avant et arrière dans une démonstration flagrante d’inutilité. En outre, les occupants peuvent jouer à des jeux vidéo, dont le populaire Fallout Shelter, sur l’écran principal lorsqu’ils sont garés, de manière ostentatoire pendant une session de recharge, et les écrans comprennent également une tablette à croquis, parfaite pour prendre des notes rapides pendant les déplacements.

Vente Porsche

Le Mardi 12 juillet 2022, Carprecium disperse une collection de dix Porsche se trouvant en Catalogne.
Les amateurs de la marque et les collectionneurs découvriront un large choix de modèles emblématiques.
Jugez plutôt :
Pas moins de 7 Porsche 911 Classic, de la 2.0l à la 2.4l en version coupé et Targa mais également la mère de toute, la 356.

Voici un exemple :
Lot n°9 : Porsche 911 2.4S Coupé de 1972

Afin de permettre un accès plus accessible à la marque, nous avons sélectionné également deux Type G, une en configuration coupé et une cabriolet.


Pour être complet, on a élargi la sélection pour les habitués des rallyes et des circuits, des voitures préparées pour la course sont également au programme :

Lot 14 : Peugeot 205 Rallye Groupe N de 1991,


Lot 13 : Ford Cosworth Groupe N/ GR IV de 1986.
Toutes les voitures, assidument entretenues – historique à l’appui – se trouvent dans un état remarquable.

Vous pouvez retrouver le catalogue de la vente içi.